Comic Sans MS, pourquoi tant de haine dans le domaine du graphisme ?

Comic Sans MS

Pourquoi tant de haine
dans le domaine du graphisme ?

Tout bon graphiste vous le dira NON À LA COMIC SANS MS !!! Oui mais avec des explications, c’est mieux pour comprendre ce “snobisme” apparent puisqu’on peut dès lors se demander en toute logique les raisons d’un tel acharnement sur cette police typographique.

SON HISTOIRE

Revenons aux origines de cette typo, en 1995, Microsoft sort son logiciel BOB ayant pour objectif de proposer une interface non technique pour l’utilisation d’un ordinateur de bureau. Souvenons-nous qu’à l’époque, l’ordinateur est loin d’être une évidence en termes d’utilisation, d’ailleurs, BOB va se viander et ne figurera pas sur Windows 98. Néanmoins, c’est dans ce logiciel que la Comic Sans trouve son origine, chez Kaligram, on rigole pas mal en pensant à Clippy que vous connaissez forcément si vous avez un jour mis la main sur Word, Microsoft n’en était donc pas à son premier coup d’essai !

À l’époque, c’est donc Rover le chien (qui sera de retour dans Windows XP), votre assistant personnel qui intervient. Néanmoins, et déjà à l’époque, Vincent Connare, typographe déjà l’origine de la police Trebuchet, se dit qu’un chien ne peut s’exprimer en Times New Roman d’un point de vue graphique. Très influencé par les comic books de l’époque, il créa donc la Comic Sans MS (qui finalement, n’eût pas le temps d’être intégrée au logiciel, puisque le dit logiciel fut lui-même abandonné peu de temps après). Cette police a cependant connu ensuite un large succès en apparaissant dans des livres pour enfants, des illustrations donc des documents à caractère ludique.

Une police qui s’adresse au monde du loisir.

CO-MMU-NI-CA-TION.

Si cette police est la cible de tous (quasiment), c’est pour plusieurs raisons, avant tout, cette police qui cherche à reproduire le texte manuscrit souffre d’un très gros défaut, son irrégularité visuelle ! Qu’il s’agisse de l’approche (espace entre les caractères), de l’épaisseur et de l’amplitude des courbes, difficile d’avoir quelque chose de « carré » visuellement (et si certains lecteurs ont pointé une facilité de lecture pour les dyslexiques, aucune étude ne le corrobore à ce jour). Autre gros défaut quand on travaille dans le domaine de la typographie, pas d’italique ou encore de gras ou de différentes épaisseurs de corps. La Comic Sans est la Comic Sans. Point barre. Oui, ça en impose aussi mine de rien.

“Si vous aimez la Comic Sans, vous ne connaissez rien à la typographie. Mais si vous détestez la Comic Sans, alors vous ne savez rien non plus de la typographie… Et vous devriez vous trouver un autre hobby.”

Vincent Connare, créateur de la Comic Sans.

Si la Comic Sans n’est pas utilisée de façon professionnelle, ce n’est pas par pur dédain, c’est juste qu’en dehors d’un cadre ludique, telle qu’elle a été conçue historiquement, elle n’a aucune raison d’être utilisée. Une police se veut un élément à part entière de votre identité visuelle, son choix n’est pas anodin et doit faire sens. Ainsi, peu de chance qu’en se rendant à la pharmacie, on pense « fun », dès lors son usage est hors propos. On peut aisément voir avec les exemples en dessous que la Comic Sans n’est pas très appropriée graphiquement même pour des marques dispensant du « fun ». En ce sens et pour vous en convaincre, on vous recommande le Tumblr Comic Sans Project d’où est tirée l’image ci-dessous. Dès lors si son usage ne choquera pas dans une bande-dessinée, comment comprendre que l’on puisse la retrouver dans des documents officiels ?

Celle-ci est aux yeux du grand public, une police fantaisie, un peu plus sympa, originale, mais en fait elle devrait s’en tenir à son usage de base et non figurer sur des éléments plus « pro ». Aux yeux des professionnels, utiliser la Comic Sans revient à dire « j’ai fait un logo sous WordArt » ou encore « j’ai fait un super dessin sous Paint », c’est-à-dire que ça sent l’amateurisme. Utiliser les ressources de base d’un logiciel limite forcément son utilisateur et trahit un manque de compétence et/ou connaissance techniques, cela n’a rien de péjoratif puisque tout expert est passé par cette phase d’apprentissage faite d’erreurs et/ou de mauvais choix graphiques. On ne vous blâmera pas si vous agissez en tant que simple amateur.

UTILISATION PROFESSIONNELLE.

Il n’est pas interdit d’utiliser la Comic Sans MS mais dans un cadre amateur. Pas la peine de nous envoyer des messages outrés, on s’adresse aux professionnels de la com’ et si vous ne voyez pas le problème, je vous renvoie à ce billet où l’on parle graphisme dans la série “Abstract” de Netflix. De fait, si on vous demande de faire quelque chose à visée professionnelle, vous pourrez l’exclure et la substituer assez aisément pour une police plus appropriée en vous rendant sur des sites tels que FontFabric (en attendant ceux qui seront recensés dans un futur billet dédié aux bibliothèques de polices). D’ailleurs, le Saturday Night Live en avait gentiment rigolé avec la police du film “Avatar”, blockbuster qui s’appuyait sur la simple Papyrus, police de base à peine retravaillée ici.

BONUS (au pluriel)

Comment ne pas parler du site Comic Sans Frontières de notre collègue, Renaud ? Site qui s’amuse à lister TOUS les endroits où la Comic Sans est utilisée (partout all over ze world) et auquel vous pouvez contribuer en signalant l’usage de la police sur une enseigne, etc…

Pour finir et parce que le web est un puits sans fond en termes de ressources, deux graphistes se sont amusés à créer un Tumblr pour défendre la Comic Sans quand d’autres ont carrément créé un site d’information à destination des criminels de la Comic Sans. Un lien très fun à transmettre, si le « criminel » que vous aurez repéré, parle un minimum l’anglais ! #BalanceTaFont

Quand d’autres essaient carrément de la réhabiliter avec une redéfinition visuelle de ces chaotiques caractères typographiques.

 

Commentaires (8)
Rejoindre la discussion
Lire tous les commentaires
  • Pingback: Découvrez une police engagée : Comic Sans Cancer | THE GIRL BEHIND THE ADVERTISING

  • Alexandre Dufour
    Août 11th, 2014
    Alexandre Dufour a dit :

    Très sincèrement, et sans aucune animosité envers vous, je ne saisis pas, et ne saisirais sans doute jamais, la haine envers le Comic Sans.

    Je l’utilise moi-même depuis des années, aussi bien pour la rédaction de documents personnels que professionnels, et personne ne m’a jamais fait de remarque désobligeante à ce sujet : parfois des petites remarques ironiques, mais on rigole deux minutes sur le sujet et on passe à autre chose.

    Votre article est carrément un réquisitoire contre une ”simple” police d’écriture, tant il s’appuie sur des faits historiques et sur des démonstrations argumentées, que je trouve d’ailleurs sans fondement : si les gens sont tristes en allant à la pharmacie, alors autant les carreler en noir et poster des photos de cadavres sur les murs, afin de rappeler aux gens qui se rendent dans cet endroit que s’ils oublient leur médicament, ils finiront comme ça.

    Quand je vais dans une pharmacie et que je vois une devanture en Comic Sans, où bien dans une police d’écriture qui sorte un minimum de la tristesse du Calibri ou du Times, eh bien je suis content. Même dans une pharmacie.

    répondre
  • Emmanuel Auteur du blog
    Août 11th, 2014
    Emmanuel a dit :

    Bonjour Alexandre, tout d’abord, je vous rassure, je comprends bien votre remarque et je ne la prends pas à titre personnel. Quand je parle de “haine”, c’est plus pour la tournure de phrase. 😉

    Concernant la Comic Sans, je n’en interdis pas l’usage mais puisque ce site s’adresse plus particulièrement aux graphistes ou aux professionnels de la communication (sans vouloir donner l’impression de vous jeter dans les cordes), ce billet se veut un rappel d’une réalité issue du terrain et qui peut orienter certaines personnes se lançant dans ce domaine d’activité ! Si je ne m’étonne guère de voir de la Comic Sans sur des documents officiels (et comme vous, on en rigole généralement entre graphistes), que ce soit en agence de com’ web ou print, l’usage de cette police trahirait clairement un manque d’expérience (je peux vous le confirmer tant notre clientèle s’étend de la TPE aux très grands groupes) puisqu’il existe des centaines de milliers de polices sur le web et qu’il s’en crée chaque jour un peu plus ! On attend forcément d’un graphiste un travail recherché, argumenté et soigné.
    À titre d’exemple et si vous souhaitez le vérifier, il y a très très très peu de chance que dans une campagne de communication nationale (TV, web ou papier) d’une grande marque, vous retrouviez cette police. Non par dédain mais bien parce qu’une police doit (initialement) représenter (voire incarner) une marque ou un message. Et de ce point de vue, la Comic Sans ne personnalise pas grand chose tant elle est commune. Tout autant que le sont la Times ou la Calibri (désolé) mais qui pourront être utilisées plus aisément pour leur aspect plus institutionnelle et sérieuse (mais pas forcément dans un logo). Et d’un point de vue purement graphique, le gros point noir de la Comic Sans se situe dans l’irrégularité d’alignement des caractères !

    Si je devais m’attaquer demain à l’identité d’une pharmacie, je pense que je ferais en sorte d’avoir une police soignée et moderne, quelque chose de plus contemporain qui puisse refléter le sérieux de la profession sans pour autant tomber dans le morbide (le gris de la façade de ce point de vue n’est pas optimum) car si on ne pense pas “fun” en allant à la pharmacie, on ne pense pas pour autant au terme “cadavres” quand on s’y rend ! 😉

    Pour finir et aux graphistes en herbe qui passeraient par là, cette façade est assez typique des fabricants d’enseignes qui ne se servent que des polices de base (le temps de création graphique étant souvent devisé au minimum pour ne pas alourdir la facture de fabrication). Je déconseille tout aussi fortement le passage sur une même ligne d’une casse majuscule à minuscule (voyez le “PHARMACIE centrale”)

    répondre
  • troll
    Mai 19th, 2016
    troll a dit :

    Le Comic sans ne permet même pas de faire original puisqu’elle est utilisée à tellement d’endroit…
    Je trouve que ça fait exposé de 3 ème.

    répondre
  • Marco poulo
    Juin 13th, 2016
    Marco poulo a dit :

    Bon, il y a un autre domaine où la police Comic Sans MS est particulièrement adaptée, ce sont les mathématiques et la physique. Je veux dire à partir de Math Sup, Math SPé, où quand les exercices étaient expliqués en utilisant cette police, ça rentrait beaucoup mieux. Je ne sais pas pourquoi et je ne suis pas seul à l’avoir constaté.
    Plus tard quand j’ai dû présenter des concept techniques assez complexes (20 à 50 pages d’équations), j’ai utilisé cette police afin de mieux faire passer le message. Je constate que ça rentre mieux, sans pouvoir l’expliquer. La concentration semble plus soutenue.

    répondre
  • Pierre Lacombe
    Déc 28th, 2017
    Pierre Lacombe a dit :

    Je débarque. Français moyen, aucune connaisssance spéciale en graphisme. Très surpris de la controverse. Cette police de caractères me plait, et en particulier les irrégularités d’alignement font plutôt son charme. Naturellement je ne l’utiliserais pas pour un faire-part de décès, ou quelquechose de triste. Malheureusement je n’ai pas d’exemple de texte long et dense pour me faire une idée de la lisibilité. Etant âgé, j’accorde une grande importance à ce “détail”.

    répondre
  • François
    Mar 5th, 2019
    François a dit :

    Bonjour,
    Pour les enfants dyslexiques :
    je me suis laissé dire que cette police avait une lisibilité supérieure aux autres. Je ne suis pas spécialiste du domaine, mais je pense que ses irrégularités en étaient justement la cause.
    Du coup je l’ai utilisée systématiquement dans mes polycopiés.
    Aujourd’hui quelques références glanées rapidement sur le net
    http://romy.tetue.net/quelle-police-pour-les-dyslexiques
    https://www.opendyslexic.org/

    répondre
    1. Emmanuel Auteur du blog
      Mar 13th, 2019
      Emmanuel a dit :

      Bonjour François et merci d’avoir évoqué cet intéressant sujet. J’avoue que cela m’a poussé à creuser par curiosité, il est toujours intéressant d’appréhender un sujet sous ses différents angles. Bon là, tout de suite, rien ne semble confirmer que la Comic Sans soit plus appropriée pour les dyslexiques. Il semblerait que ce soit notamment l’interlignagne, l’espace entre les caractères qui favorisent aussi la lisibilité mais rien ne se dégage clairement. Néanmoins et à priori, c’est surtout qu’il manque une réelle étude sur le sujet là où certains rapports indiquent clairement que l’Helvetica, la Courier, l’Arial ou encore la Verdana sont à privilégier (même si cela ne saurait être une généralité absolue).

      Source : https://creativemarket.com/blog/is-comic-sans-easier-for-dyslexic-users-to-read

      répondre
 

Commentaire

Réduire les commentaires
Retour

This is a unique website which will require a more modern browser to work!

Please upgrade today!

Fais tourner !